Présentation jeu mobile Plague

Après avoir découvert le jeu Plague sur le blog AnimalCrossing, que je suis depuis son début, j’ai voulu tester le jeu et me faire mon avis dessus.

C’est dans le contexte de la propagation du virus Ebola en 2012 que les créateurs du jeu mobile Plague Inc. a créé ce jeu de simulation. Réalisé par Ndemic Creations, ce divertissement disponible sur support mobile propose tout simplement aux joueurs de décimer l’humanité avec le type de fléau de virus ou de bactérie de leur choix. Bien que le jeu ait un caractère sadique, il a un côté instructif et stratégique qui plaît aux joueurs. Par ailleurs, vu le concept du jeu, il est déconseillé aux moins de 12 ans.

Description du gameplay

Dans ce jeu presque gratuit intitulé « Plague », le joueur aurait à créer un virus mortel qui est censé d’exterminer l’intégralité de l’humanité. L’intérêt du jeu se concentre sur l’évolution de la propagation du germe infectieux et l’étendue de la mortalité qui devrait arriver à bout de toute l’humanité. Au début du jeu, le joueur aurait d’abord à choisir un agent pathogène parmi les 12 qui exterminera le monde. Il sélectionnera ensuite le pays de son choix parmi la cinquantaine proposé pour dénicher son patient zéro. Passé ce cap, il ne lui reste plus (c’est le plus fun) qu’à surveiller le développement de la pandémie. Évidemment, la contamination doit se faire progressivement pour que la bactérie puisse se propager. Pour ce, le joue1ur a encore le choix entre 3 options. Il peut le transmettre depuis les animaux (rats, volatiles etc.) aux hommes, il peut le transmettre via les réseaux de transports publics (toux, contact…) ou encore par voie sanguine.

avis-jeu-plague

Les difficultés du jeu Plague

Les points ADN permettent de peaufiner la dimension des agents bactériens via l’onglet symptômes (kystes, infections cutanées, diarrhées…), l’onglet capacités (résistance au froid et au chaud) et l’onglet transmission. On les obtient en faisant éclater les bulles orange et les bulles rouges (indiquant respectivement l’évolution de l’épidémie et le pays touché). En effet, si le virus est rapidement découvert, les autorités d’un pays doivent prendre des mesures de sécurité. Citons par exemple l’interdiction d’un animal porteur de maladie sur le territoire, la fermeture des aéroports, ou la mise en quarantaine pour le virus transmis par voie sanguine. Les chercheurs, de leur côté, doivent également se casser la tête pour trouver le remède. Il faut alors éclater les bulles bleues dans les pays avancés où la recherche scientifique est la plus poussée. Celles-ci décélèrent le progrès de la recherche. On ne doit pas également oublier que toutes les populations dans les zones habitées par les hommes, y compris les plus éloignées doivent être éradiquées (le pôle nord). Pour faciliter l’extermination, le joueur peut lire les news affichés en haut de l’écran lesquels informent sur l’évolution de la bactérie ou les progrès faits à son encontre. Le choix de pays du départ de l’épidémie est ainsi crucial car il faut considérer le nombre de sa population, ses liens avec les frontières avoisinantes afin d’assurer une propagation rapide des microbes. Côté graphique, il n’y a rien à redire. Les développeurs sont aux petits oignons avec le thème réaliste doté d’un fond musical bien abouti comme le chant d’enfants, les bruits des moustiques etc. Enfin, d’autres scénarios plus intéressants sont disponibles dans les DLC payants.

 

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.